Avant l’achat d’une étuve à CO2 : que faut-il savoir ?

Avant l’achat d’une étuve à CO2 : que faut-il savoir ?Sur quels facteurs baser votre décision d’acheter une nouvelle étuve à CO2 ? Dans cet article, vous trouverez les critères importants à prendre en compte avant l’achat d’une étuve à CO2.

Étudiez de manière approfondie les offres d’étuves à CO2

Avant d’acquérir une nouvelle étuve à CO2 pour votre laboratoire, vous devez en étudier les qualités principales. À suivre, nous vous indiquons les facteurs à prendre en compte lors de l’achat, ainsi que les critères de décision les plus importants.

Pour assurer la bonne croissance de cultures cellulaires, la pureté de l’environnement est essentielle, de même que la protection contre les contaminations. Il est, par ailleurs, important de pouvoir garantir durablement cette pureté – pour cela, l’agencement de l’intérieur de l’étuve à CO2 est déterminant. La manipulation et le nettoyage de l’appareil sont-ils faciles et efficaces ? Le concept de la chambre intérieure détermine également les domaines d’applications possibles. Cet aspect doit donc être préalablement étudié dans le détail. La gestion de l’humidité protège vos cultures du dessèchement, l’injection de CO2 assure un taux de pH optimal dans le milieu de culture. Lors de l’achat de votre étuve à CO2, veillez à ce que ces fonctions fondamentales puissent être garanties. Bien naturellement, l’acquisition de techniques de laboratoire est également influencée par des considérations de coût/utilité. Lors de l’achat de votre étuve à CO2, pensez à long terme. Tenez également compte des coûts éventuels de maintenance de l’appareil.

Dès l’étape d’achat, faites attention aux risques possibles de contamination !

Selon une étude de l’économiste de la santé Prof. Dietmar W. Hutmacher, une expérience in vitro, impliquant des cultures cellulaires et réalisée sur une période de quatre semaines, coûte près de 9 000 €. En cas de contamination, elle perdrait toute sa valeur, bien que sa valeur dépasse le prix d’achat d’un nouvel appareil. Quels sont donc les points faibles à identifier lors de l’achat ? Les ventilateurs intérieurs, ainsi que les éléments encastrés de tout type forment des surfaces d’habitat. Moins c’est plus – l’intérieur idéal devrait donc contenir un minimum d’éléments encastrés. Plus le montage d’une étuve à CO2 est simple, plus la désinfection par aérosol/essuyage est rapide et simple. Par défaut, les appareils de qualité offrent également une fonction de stérilisation à l’air chaud.

Réaliser des tâches complexes en toute simplicité – gros plan sur la manipulation

La création de cultures cellulaires est un processus complexe et délicat, exigeant une grande concentration. La technique de laboratoire utilisée ne devrait donc pas compliquer inutilement ce travail. Les composants de votre étuve à CO2 doivent être faciles à monter et démonter car cette étape est nécessaire au terme de chaque nouvelle expérience. Les durées nécessaires à ces actions varient fortement et peuvent rapidement s’accumuler en cas d’exigences de montage complexes. La plage normale de stérilisation à l’air chaud de l’intérieur est comprise entre 160 et 180 degrés Celsius. Dans l’idéal, une pression de bouton suffit à la démarrer. Vous pouvez ensuite analyser et partager en direct les données de mesures, si l’étuve à CO2 est équipée des interfaces Ethernet nécessaires.

Gestion de l’humidité sans risque de contamination

Comment protéger de façon optimale les cultures cellulaires du dessèchement ?
En voici la réponse : grâce à un système d’humidification efficace garantissant une atmosphère intérieure constamment humide. Cela est assuré par le bac à eau situé à l’intérieur. Celui-ci doit pouvoir être facilement retiré et assurer un degré d’humidité relative élevé (rH), entre 90 et 95 %, ainsi qu’un court temps de récupération de l’humidité.
La gestion de l’humidité, un facteur important : dans la pratique, la porte est inévitablement ouverte lors de la période d’observation. Il est donc d’autant plus important que les cellules ne soient en aucun cas endommagées par ce geste.

Une gestion efficace de l’humidité permet :

  • de réduire au minimum l’évaporation du milieu de culture grâce à la forte humidité ambiante.
  • de garder des parois intérieures sèches grâce à la limitation de l’humidité.

Quelles possibilités existe-t-il d’obtenir un mélange d’atmosphère homogène ?

Vous avez deux options pour mélanger votre atmosphère : 

  1. par convection naturelle sans ventilateur d’intérieur
  2. par simple entrée de gaz pour mélange d’atmosphère, au moyen d’un ventilateur supplémentaire à l’intérieur 

Du fait de recoins inévitables pouvant mener à une contamination, ainsi que de la prolifération des germes présents dans l’air, il est impératif d’éviter cette seconde version ! Elle représente un foyer de contamination possible.

La méthode de mesure est également très importante. La sonde de CO2 peut se trouver à l’intérieur ou à l’extérieur du compartiment d’incubation. Une sonde de CO2 extérieure est plus complexe et plus susceptible d’être affectée par des défauts. À l’inverse, une sonde de CO2 placée à l’intérieur de l’étuve à CO2 sera plus précise – car elle pourra procéder à la mesure directement à l’intérieur du compartiment d’incubation. Installée à l’intérieur, la sonde doit résister aux températures appliquées pour la stérilisation à l’air chaud – l’utilisation de produits de qualité le garantit. Alternativement, il est possible, et même judicieux, d’utiliser des sondes enfichables.

Le concept de la chambre intérieure de votre étuve à CO2

La devise « Moins c’est plus » s’applique également au concept de la chambre intérieure d’une étuve à CO2. Minimiser le nombre de coins, angles, renfoncements ou vis, permet d’éviter au mieux la contamination. Des parois intérieures lisses, de préférence en acier inoxydable, sont une nécessité garantissant le nettoyage hygiénique des surfaces. « Moins » ne devrait toutefois pas signifier que l’installation possède uniquement des clayettes fixes – vous devez pouvoir décider vous-même du niveau de vos clayettes et du nombre que vous souhaitez utiliser.

Montrez-vous également critique quant à l’apparence extérieure de l’installation : l’étuve à CO2 est-elle montée de sorte que deux appareils puissent être empilés correctement et en toute sécurité l’un sur l’autre, tout en garantissant leur confort de commande ?

Attention aux coûts d’exploitation de votre étuve à CO2 !

L’exploitation d’une étuve à CO2 entraîne des coûts inhérents d’entretien et de nettoyage. Les dépenses courantes correspondent aux consommables et aux pièces d’usure, ainsi qu’aux coûts des produits de nettoyage et, bien évidemment, au personnel. Le nettoyage conforme d’une étuve à CO2 peut durer entre une et cinq heures. Plus le design est intelligent, moins la durée de travail sera longue, et plus la consommation de matériaux sera réduite. Étudiez bien ces facteurs avant de prendre votre décision.

Une étuve à CO2 de qualité supérieure garantit le succès de vos expériences.

Pour l’achat de votre étuve à CO2, ne vous contentez pas du modèle le moins cher car l’échec d’une seule expérience peut largement dépasser les coûts d’acquisition de l’installation. Préférez un produit répondant aux normes et exigences applicables à votre branche de recherche et considérez les facteurs suivants lors de l’achat. L’appareil est-il doté d’un design intelligent, facile d’utilisation et d’entretien ? Dispose-t-il d’une gestion de l’humidité optimale et d’une méthode d’injection de CO2 sophistiquée ? Son exploitation est-elle économique et à entretien réduit ?

Pour pouvoir prendre la meilleure décision possible en fonction de vos projets, nous avons résumé les aspects les plus importants dans notre guide « Les 6 points à respecter pour l’achat d’étuves à CO2 ». Téléchargez ce guide, immédiatement et gratuitement. Il vous aidera à prendre une décision objective.

buyers guide etuves a co2


Les articles suivants peuvent aussi vous intéresser :